Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

DOVENDOSI

Batteries d’ordinateur portable Asus | Replacement batterie pour Asus - batterie-portable-asus.com
Contacter l'auteur de ce blog

5 DERNIERS ARTICLES
- SONY VGP-BPL22 Battery www.all-laptopbattery.com
- Akku HP 447649-251 www.akkus-laptop.com
- Samsung r478 Battery all-laptopbattery.com
- Samsung r41 Battery all-laptopbattery.com
- Lenovo g770a Battery all-laptopbattery.com
Sommaire

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
0102030405
06070809101112
13141516171819
20212223242526
27282930
<< Novembre >>

BLOGS FAVORIS
Ajouter dovendosi à vos favoris
 Batterie ASUS X72JR Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

L'authentification biométrique est à la mode : Touch ID, Windows Hello, l'alliance FIDO sur le web... Toute l'industrie semble prête à sauter le pas. Les travaux des chercheurs en cybersécurité Yulong Zhang et Tao Wei rappellent cependant que remplacer un mot de passe par une information biométrique ne suffit pas à sécuriser un appareil.
Lors d'une présentation à la conférence Black Hat USA 2015, qui se déroule à Las Vegas du 1er au 6 août, ils ont en effet démontré plusieurs failles de sécurité dans l'infrastructure logicielle dédiée au lecteur d'empreintes digitales du système d'exploitation Android. Non content de pouvoir allègrement passer outre la vérification des empreintes lors de paiements et autres déverrouillages, ils sont aussi parvenus à récupérer les empreintes elles-mêmes directement du téléphone.

Les tests ont été effectués sur le Samsung Galaxy S5 et le HTC One Max (les fabricants ont été notifiés, et ont déjà publié des patchs correctifs), mais tous les téléphones utilisant Android sont potentiellement concernés. Et d'après ZDnet, les ordinateurs portables disposant de lecteurs d'empreintes sont également susceptibles d'être vulnérables. Le système Touch ID utilisé par les appareils Apple n'est en revanche pas concerné, l'accès à ces données requérant une clé cryptée.
Ce type de faille, qui compromet les données biométriques elles-mêmes (utilisées notamment pour les passeports), est d'autant plus grave qu'elles ne peuvent pas être modifiées, contrairement à un mot de passe classique. Il est probable à mesure que leur utilisation va s'accroître que leur sécurisation devienne rapidement un sujet de réflexion majeur pour l'industrie.

INFOGRAPHIE Leader mondial de l’industrie des verres ophtalmiques, le français Essilor s’est intéressé avec Ipsos à l’impact sur la santé des usages numériques. Selon leur étude, réalisée auprès de 4 000 personnes entre 18 et 65 ans en France, au Brésil, en Chine et aux Etats-Unis. 90% d’entre elles utilisent tous les jours au moins un outil digital (ordinateur, smartphone, télévision…). Six personnes sur dix leur consacrent plus de cinq heures par jour, pour consulter des vidéos sur tablettes ou smartphones comme le font énormément les Chinois ou la lecture de contenus écrits sur tablette très consultés par les Américains. Résultat : 95% des sondés en ressentent l’effet sur leurs yeux et leur posture : fatigue visuelle liée à une utilisation prolongée, maux de tête suite à la lecture de petits caractères… affirme l’étude commanditée par Essilor qui anticipe le lancement d’Eyezen, les premiers verres conçus pour la vie connectée.

Le shopping en ligne ne semble jamais devoir s'arrêter de progresser : au premier trimestre 2015, le chiffre d'affaires généré par la vente sur Internet était en progression de 23% sur un an, contre +20% à la même période en 2014, selon le Demandware Shopping Index du premier trimestre 2015. Les résultats de cette enquête, réalisée auprès de plus de 200 millions de e-shoppers, ont été dévoilés mi-juillet par l'éditeur de logiciels e-commerce destinés aux distributeurs Demandware. 51% du trafic sur les sites des e-commerçants vient encore des ordinateurs fixes et mobiles, 35% des smartphones et 13% des tablettes. Les visites sur ces plates-formes sont de 31% plus courtes qu'il y a un an sur la période. Elles durent en moyenne 8,9 minutes. Le nombre de curieux qui se rendent sur ces sites est essentiel : la croissance de cet indicateur est responsable à 83% de la croissance des ventes de la plate-forme, selon le rapport. Le cadre presque champêtre du lac de Bordeaux aux petites allées ombragées invite à la balade. Mais pour admirer le paysage en toute quiétude, pendant que la voiture conduit toute seule, il faudra pour certains encore attendre un peu. Alors que se déroulaient entre les 07 et 10 juillet des tests sur le lieu du congrès ITS, au parc des expositions de Bordeaux (Gironde), toutes les sociétés présentant des véhicules autonomes n’avaient pas encore reçu leurs autorisations officielles définitives pour les faire rouler sur route ouverte.

UNE PLAQUE W SPÉCIALE VÉHICULE AUTONOME
C’est le cas du bureau d’études AKKA Technologies. Ca devient un suspense haletant, commente l’un des membres de l’équipe présente à Bordeaux le jeudi 9 juillet. Pour faire rouler Link&City, un petit véhicule quatre places sans chauffeur, AKKA discute depuis janvier avec un comité interministériel (ministères des Transports, de l’Intérieur et de l’Economie) afin d’obtenir toutes les autorisations. Le fameux sésame, une plaque W spéciale véhicule autonome, qui n’existe pas aujourd’hui dans la législation française, leur a déjà été accordé pour un an. Mais autour du 20 juillet, le bureau d’études a dû renvoyer de nouveaux documents aux autorités pour obtenir définitivement leur autorisation de pratiquer des tests sur route ouverte en octobre. Le dossier d’homologation a été complété en début de semaine avec des précisions sur les différents scénarios de conduite rencontrés et des attestations d’assurance, précise-t-on chez Akka.

La France est signataire de la Convention de Vienne, qui demande au conducteur de rester maître de son véhicule. Au volant, il est donc interdit de lâcher le volant des mains et de quitter la route des yeux. AKKA a pu faire rouler Link&City début juillet à Bordeaux. Mais le bureau d’études s’est limité au parking du parc des expositions et Link&Go roulait entouré d’autres véhicules, un moyen d’assurer totalement la sécurité. En vue des démonstrations en octobre, Akka a prévu un dispositif spécial. La redondance des ordinateurs et des capteurs a été renforcée pour éviter une défaillance. En dernier recours, un ingénieur disposera d’un joystick pour mettre le véhicule en sécurité si un problème survenait.

LA SÉCURITÉ AVANT TOUT
L’institut Vedecom a lui aussi récupéré la plaque pour son prototype de test, une Renault ZOE bardée de capteurs sur le toit façon antenne, les pare-chocs ceints de lasers noir brillant, le tout enrobé de fils. Vedecom a remis en janvier un dossier de 70 pages au comité interministériel. Ce dossier détaille le véhicule, sa technologie et les éléments de sécurité, explique une ingénieure de Vedecom. Les ministères veulent savoir comment la sécurité des participants au congrès sera assurée. Les négociations de chaque participant sont concomittantes des négociations menées par les organisateurs avec les autorités locales comme nationales. Nous travaillons depuis un an et demi pour mettre en place ces autorisations, expliquait le mois dernier Florence Ghiron, présidente du comité d’organisation ITS à Bordeaux. Le congrès est une zone de test en conditions réelles, sur 12 km, rappelle Frédéric Mathis, directeur du programme véhicules chez Vedecom. Pour développer le véhicule autonome, nous avons besoin de ce genre de tests pour emmagasiner de l’expérience. Une seconde série de tests de véhicule autonome aura lieu à Bordeaux la première semaine de septembre.

Microsoft Research, la branche R&D du géant informatique, a publié un article détaillant les travaux de son laboratoire Station Q, qui se trouve à la pointe de la recherche topologique sur l'informatique quantique.
L'informatique quantique est un domaine d'étude qui vise à utiliser la physique quantique pour produire des ordinateurs capables d'effectuer en très peu de temps des calculs complexes qui prendraient pour des systèmes informatiques classiques - même des super calculateurs - des centaines voire des milliers d'années. Le secret pour y parvenir est de remplacer les traditionnels bits (d'une valeur binaire de 0 ou 1) par des quantum bits, ou qubits (capables d'avoir une superposition de ces deux états de base).
SÉRIE D'ÉTÉ Le 8e épisode de notre dossier RH, Numérisez-vous ! vous propose de plonger dans l'univers du coworking en entreprise. Les grands groupes peuvent-ils vraiment faire collaborer plus leurs salariés en créant ces salles de travail partagé ? Pour Ramon Suarez, qui gère un espace de coworking indépendant en Belgique, ce n'est pas si facile. Selon lui, les DRH devraient plutôt pousser leurs collaborateurs à se rendre dans des espaces de coworking extérieurs lorsqu'ils télétravaillent.
Accenture, Vodafone, Coca-Cola… Les grandes entreprises sont de plus en plus nombreuses à ouvrir des espaces de coworking dans leurs locaux. La Ruche, ouverte par Bouygues Immobilier début 2015 à Issy-les-Moulineaux, accueille les salariés munis de leur ordinateur portable. Ils peuvent le brancher à n'importe quel poste de ces nouvelles salles de travail partagé. Deux fois par mois, le groupe y organise des rencontres avec des start-up (Uber, Airbnb…) pour que leurs employés se frottent à l'esprit d'innovation. Ces grands groupes espèrent ainsi créer un élan collaboratif en interne.PC Portable Batterie | Batterie pour ordinateur portable et adaptateur boutique - www.fr-batterie-portable.com

Mais pour Ramon Suarez, qui a fondé en novembre 2010 Betacowork, un espace de coworking à Bruxelles, ce n'est pas si facile : ces lieux créés par des entreprises ne sont pas synonymes de coworking, mais simplement de travail partagé. L'esprit n'est pas le même. Les salariés ne viennent pas là de leur propre chef, mais parce qu'ils y sont obligés par leur employeur, souligne l'entrepreneur, venu parler de coworking en mai 2015 à Paris au OuiShare Fest, le festival de l'économie collaborative. Certains veulent faire carrière, progresser, et sont prêts pour cela à mettre des bâtons dans les roues des autres. Des problèmes politiques viennent freiner les logiques de collaboration, pointe-t-il.
Sans penser donc que la création d'un espace de travail partagé soit LA solution en or pour faire collaborer davantage leurs employés, les RH peuvent y favoriser l'esprit communautaire en créant un nouveau métier : celui de facilitateur, ou d'hôte. Dans les espaces de coworking indépendants, cette personne met en contact les coworkeurs qui travaillent sur des projets différents, mais qui pourraient partager leurs expériences car ils font face aux mêmes problématiques. Elle peut organiser des soirées, des évènements pour favoriser les rencontres, détaille Ramon Suarez.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 07-01-2017 à 11h50

 Batterie Asus G73JH-A1 Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Je ne serais pas aussi radicale. La jeunesse est un état d’esprit. En matière de culture numérique, les chefs d’entreprise sont stimulés par la nouvelle génération, mais aussi par les ingénieurs, les informaticiens, les clients. Nous avons néanmoins un défi collectif à accomplir, pour les salariés, pour le middle management. C’est pourquoi je soulignais l’importance cruciale de la formation.
Partagez-vous le point de vue d’Axelle Lemaire, la secrétaire d’État chargée du numérique, qui regrettait récemment le manque de culture des dirigeants ?
La transformation numérique a une dimension enthousiasmante et porteuse d’espérance. Elle accélère des changements de modes de management, de générations et de personnes : en économie comme en politique !

Prenons un exemple dans le secteur de la santé : dans les établissements hospitaliers, les médecins ont besoin d’accéder immédiatement aux dossiers médicaux des patients sur l'ordinateur le plus proche. Des vies peuvent en dépendre. En parallèle, les services informatiques ont besoin d'informations fiables sur le fonctionnement interne de chaque PC, mobile ou tablette.
Alors que les logiciels de monitoring traditionnels mettent uniquement l'accent sur le back-end et le réseau, il existe aujourd'hui des solutions analytiques disponibles pour aider la direction des systèmes d'information (DSI) à surveiller le fonctionnement interne de tous les points d’accès et l'expérience utilisateur.

Mais pour véritablement faire germer la graine de la collaboration chez leurs employés, les sociétés devraient les pousser à travailler dans des écosystèmes véritablement ouverts : lorsqu'ils sont en télétravail, ils pourraient venir dans des espaces de coworking indépendants par exemple. 52% des personnes qui viennent dans ces bureaux d'un nouveau genre sont d'ailleurs des salariés (souvent de TPE, PME ou d'associations), selon une étude conduite par la jeune pousse Bureaux à Partager, la Fonderie et la Région Île-de-France en 2015.

Le graal pour tout entrepreneur : devenir un super-pitcheur. C’est grâce au pitch, un bref résumé de son idée, qu’il convainc les investisseurs de mettre la main au portefeuille et qu’il attire ses premiers clients. Mais l’exercice roi des créateurs d’entreprises peut également être utile aux salariés qui portent un projet en interne.Une opportunité qui n’a pas échappé au cabinet Deloitte. Pour stimuler l’intrapreneuriat, Deloitte a créé The Pitch. Cet événement permet à des fondateurs de jeunes pousses d’exposer leurs concepts face à leurs salariés, mais aussi à certains de leurs clients. Les salariés peuvent appliquer les bonnes recettes oratoires des pitcheurs pour présenter efficacement à leurs managers un projet utile à leur société, explique Yann Glever, le directeur de l’innovation en France de Deloitte.

Pour devenir un as du pitch, il faut construire un discours structuré et concis, autour de quelques faits et chiffres clés. Répéter deux ou trois fois la même idée phare permet de l’imprimer dans la mémoire de ses interlocuteurs. Mais ce n’est pas suffisant. Pour marquer les esprits, le pitcheur doit raconter une histoire incarnée qui suscite des émotions chez son auditoire, précise Boris Golden, le directeur investissement France chez Partech Ventures, un fonds de capital-risque. Elle peut être personnelle, raconter la naissance de leur projet, ou être liée à son application dans l’entreprise. Mais pour toucher la corde sensible d’un public biberonné au storytelling il faut que ce récit soit vraiment authentique… Pour être certain de faire passer son message, l’intrapreneur doit introduire son récit par une attaque percutante. Les premières secondes du pitch sont essentielles, pour capter l’attention de l’auditoire et éviter la lecture de SMS sur smartphone, du coin de l’œil. Pour votre chute, ayez un objectif bien défini.

Vous voulez ouvrir le dialogue ? N’hésitez pas à prendre date avec vos interlocuteurs pour une discussion plus approfondie. Vous voulez attirer l’attention sur l’équipe avec laquelle vous avez construit votre projet ? Présentez chacun de ses membres en quelques mots. Tarek Ouagguini, fondateur de Happydemics, jeune pousse web qui propose une application mobile permettant un retour direct des clients d’une entreprise, conclut son pitch en présentant l’agenda de sa société et inscrire mon projet dans l’avenir. En interne, un rétroplanning donnera du corps à votre entreprise.

Sans singer les patrons des géants de la high-tech, qui mettent en scène leurs annonces au cours de keynotes à la scénographie étudiée, un salarié qui veut convaincre des équipes internes de développer une idée doit travailler son langage corporel et sa voix, tout en restant naturel. Je me suis entraîné devant ma glace pour travailler ma gestuelle, raconte Tarek Ouagguini. Avant de présenter son pitch à ses investisseurs, il a réalisé plusieurs enregistrements audio pour gommer ses tics verbaux, travailler sur son vocabulaire et ne plus marquer d’hésitation. Pour débloquer les timides ou apprendre à poser sa voix, certains investisseurs n’hésitent pas à conseiller quelques cours de théâtre.

Renforcer le lien avec votre auditoire demande de choisir un interlocuteur unique, même si le projet est porté par un groupe. Et veillez à choisir plutôt le meilleur communicant que le plus gradé. N’hésitez pas à poser des questions à vos interlocuteurs pendant la présentation. Comme par exemple : Je propose que nos équipes travaillent plus en mode agile. Vous savez tous ce que cela signifie ? Pour ne pas perdre votre auditoire en chemin, le pitch doit être calibré pour durer le temps prévu, à la minute près. Aérez votre discours et marquez des pauses après les phrases clés sans vous précipiter. Un bon pitcheur est aussi un altruiste. Il n’élabore pas son histoire en se concentrant sur ce qu’il a envie de dire, mais en fonction de ce qui résonnera chez ses interlocuteurs. Il s’adapte à leur niveau de connaissances, quitte à ajuster plusieurs pitchs selon les catégories de public. Surtout, évitez de jargonner devant des personnes non-initiées et utilisez un registre de langue adapté, recommande Boris Golden.

Pour illustrer son discours, le pitcheur peut (c’est même chaudement recommandé) s’appuyer sur un PowerPoint. Mais les slides doivent être visuels et ne comporter que quelques mots-clés voire une image, sans tomber dans le cliché. Évitez de mettre une montgolfière sous la phrase : On a besoin de vous pour décoller… La vidéo est parfois utile mais ne doit pas être redondante avec le récit. Choisissez un angle précis.
Enfin, quand vous avez finalisé votre support, ne vous exposez pas aux problèmes techniques de dernière minute. Branchez votre ordinateur dans la salle avant l’arrivée des managers, et vérifiez que la présentation pourra être correctement projetée. Une mesure de bon sens incontournable. Surtout, ne soyez pas prisonnier de votre support. Pour ne pas risquer la crise de panique, il faut être capable de faire son speech sans lui. Enfin, si vous devez utiliser un micro pendant le discours, n’oubliez pas qu’il n’est efficace que s’il est collé sur le bas du menton. Chacun a sans doute vécu l’expérience désagréable d’un exposé certes brillant, mais… inaudible.

Afin d’avoir un discours limpide, il est impératif de s’entraîner, avant sa présentation, devant une personne de confiance qui formulera ses critiques de manière bienveillante. Le choix de vos assistants dépend du fond de votre propos. S’il s’agit de présenter une innovation technologique complexe à un public de néophytes, votre conjoint ou l'un de vos enfants peuvent faire l’affaire. Si c’est une problématique très spécifique à l’entreprise mais parfaitement identifiée, choisissez plutôt un collègue ou une relation dans votre secteur d’activité. Cela vous permettra de repérer les points à clarifier pour l’assistance. Enfin, il est indispensable d’aller chercher des retours après sa présentation. Dans une bonne logique d’amélioration continue.
ProtonMail est une solution développée en Suisse par des scientifiques du CERN, le centre européen de recherche nucléaire, et du MIT. Ces derniers se sont rassemblés lorsque le scandale Prism a éclaté afin de réfléchir à une alternative aux services de messagerie actuels. Leur but : protéger les individus du cyberespionnage de masse.

L'équipe de ProtonMail s'est tournée vers le crowdfunding pour financer son projet, et a déjà levé près de 350 000 dollars sur la plate-forme Indiegogo. Elle affirme avoir refusé des offres d'investissement pour rester indépendante.
UN SERVICE IMPÉNÉTRABLE
Le service est chiffré de bout en bout grâce à des algorithmes de chiffrement sophistiqués, selon le site du projet. Si le chiffrement des e-mails existe depuis plusieurs années, le chiffrement de bout en bout (end-to-end encryption), assez complexe, est peu répandu. La start-up promet une expérience utilisateur largement simplifiée.

Selon Protonmail, l'avantage, c'est que vos données sont déjà chiffrées quand elles arrivent sur nos serveurs. Nous n'avons pas accès à vos messages, et comme on ne peut pas les déchiffrer, on ne peut pas les partager avec une tierce personne. Tous les serveurs sont par ailleurs hébergés en Suisse près du CERN, en dehors des juridictions américaines et européennes donc toutes les données sont protégées selon les strictes lois suisses sur la vie privée, assure l'équipe sur son site.
Les données sont en fait chiffrées sur le navigateur, avant d'arriver sur le serveur. Nous séparons le message chiffré de la clé [qui permet de le déchiffrer] - tout le travail de chiffrement se fait sur votre ordinateur et non sur nos serveurs, donc on ne peut pas voir votre message, explique l'un des co-fondateurs, Andy Yen. Selon lui, ce système est différent de tous les autres. Les géants comme Google, Yahoo! et Microsoft ont mis en place quelques systèmes de chiffrement des mails, mais ils ont toujours accès à la clé qui permet d'accéder au message.PC Portable Batterie | Batterie pour ordinateur portable et adaptateur boutique - www.fr-batterie-portable.com

MODÈLE FREEMIUM
Comment utiliser ProtonMail ? L'email envoyé est chiffré par défaut, et peut être reçu sur un ordinateur, une tablette, un iPhone ou un téléphone Android. ProtonMail permet aussi de communiquer de façon sécurisé avec des individus utilisant un service standard comme Gmail. Un beta test public a été lancé mais il est actuellement accessible uniquement sur liste d'attente.
Le compte basique est gratuit pour tous, mais la start-up a prévu un modèle d'abonnement payant pour un compte ProtonMail+ avec 1GB d'espace de stockage supplémentaire. Par ailleurs, l'équipe veut aussi créer une application mobile, un service de messagerie instantanée et un service de stockage et partage des fichiers qui utiliseraient le même système de chiffrement ultra sécurisé.
Les paiements en liquide et en bitcoins devraient être autorisés afin de préserver l'anonymat des utilisateurs. L'équipe promet, par ailleurs, que le service ne comportera aucune publicité afin d'être complètement indépendant, à l'opposé de Gmail, selon Andy Yen.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 07-01-2017 à 12h07


Historique : 07-01-2017
 

SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 11-07-2016 à 05h33 | Mis à jour le 18-11-2017 à 03h43 | Note : Pas de note