Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

DOVENDOSI

Batteries d’ordinateur portable Asus | Replacement batterie pour Asus - batterie-portable-asus.com
Contacter l'auteur de ce blog

5 DERNIERS ARTICLES
- Battery for ASUS G75
- Battery for Acer Aspire 5820T
- Battery for Toshiba Satellite L650
- Battery for SONY VGP-BPS21
- Battery for Apple A1495
Sommaire

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
01020304
05060708091011
12131415161718
19202122232425
2627282930
<< Juin >>

BLOGS FAVORIS
Ajouter dovendosi à vos favoris
 Batterie ASUS N50VN Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

On imagine aisément le potentiel d'une telle batterie dans des voitures électriques. On parle de 600 km d'autonomie, soit une réelle concurrence face à la voiture thermique. Et pour les propriétaires d'un téléphone mobile, fini la recharge tous les jours. Pour couronner le tout, ces batteries Lithium-air de nouvelle génération pèseront cinq fois moins que les batteries actuelles et leur prix sera divisé par cinq.
Griffin a décidé de faire plaisir aux adeptes d'Apple en annonçant de nombreux nouveaux produits dédiés à ceux de la marque à la pomme. Il est notamment question d'un câble BreakSafe USB Type-C et d'une batterie externe pour l'Apple Watch.

En passant sur le stand de Griffin au CES de Las Vegas, nous ne nous attendions pas à être agréablement surpris. En effet, le constructeur d'accessoires aurait pu proposer des câbles, adaptateurs ou même des drones par dizaines, comme bien d'autres avant lui. Ce n'était pas le cas.Cette année, la marque semble avoir décidé de surfer sur les accessoires pratiques, majoritairement pensés pour l'écosystème d'Apple pour se démarquer. Ainsi, nous avons pu voir un câble « BreakSafe » USB Type-C avec un connecteur plutôt spécial. Ce dernier est composé de deux parties reliées par un élément magnétique.

Ainsi, à la manière d'un MagSafe, si l'on vient à tirer trop fort, le câble n'est pas « arraché » mais simplement séparé en deux sans risque d'être abimé. De quoi rendre cette fonctionnalité au MacBook qui utilise cette connectique, mais aussi pour les ordinateurs portables et autres smartphones qui sont de plus en plus à l'exploiter.Nous avons demandé aux représentants de la marque s'ils ne craignent pas de subir les foudres d'Apple, très protecteur sur ce genre de solution. Mais du fait de l'utilisation d'un système différent et d'un connecteur USB qui n'est pas propre à Apple, cela ne devrait pas poser de problème selon nos interlocuteurs.Tarif de la bête : 34,99 euros, tout de même. La disponibilité est attendue pour le mois d'avril.

Le second produit qui nous a semblé intéressant est une batterie externe. Celle-ci a été pensée pour l'Apple Watch, et a la particularité d'intégrer un module de recharge sans fil. Vous n'avez donc pas à utiliser le vôtre, et vous pourrez désormais éviter d'avoir à vous trimballer le câble intégré par Apple dans le bundle. Selon la marque, cela permet d'effectuer quatre cycles complets de recharge. Le connecteur utilisé pour l'alimentation de cette batterie externe est un simple connecteur Micro-USB.

Là encore, la disponibilité est annoncée pour avril avec un tarif relativement élevé (mais tout est relatif lorsque l'on possède une Apple Watch) : 64,99 euros.Notez que la société profitait aussi du CES pour annoncer de nouveaux produits au sein de sa gamme Survivor comme des coques renforcées pour iPad Pro, Surface Pro 4, pour iPhone avec ceinture de fixation sur le bras, avec kit de montage pour vélo ou encore des sacoches renforcées compatibles TSA.

Une protection pour la télécommande de la nouvelle Apple TV était aussi de la partie. Cette Survivor Play est d'ores et déjà disponible à la vente, pour 19,99 euros.En ces temps où l’actualité pollue au quotidien notre humeur et renforce nos doutes, il arrive que l’on puisse y trouver quelque information pleine de promesses.Le recyclage des batteries au lithium est une vraie question. Sceptiques ou convaincus de la voiture électrique, tous butent sur le sujet. Pour les premiers c’est l’argument qui tue. Batterie = source d’énergie non recyclable = modèle invalide. Pour les seconds tout aussi soucieux d’environnement quoiqu’on dise, c’est un petit caillou dans la chaussure et connaître d’éventuelles bonnes solutions ne pourrait que les conforter dans leur choix.« Heureusement, la réponse est oui – les batteries qui alimentent les voitures électriques et hybrides peuvent être recyclées.

Pendant des décennies, les quelques véhicules électriques qui étaient sur la route ont été alimentés par des batteries au plomb-acide. Les derniers modèles, avec leur poids plus léger et plus longue portée, utilisent des batteries lithium-ion, tout comme les ordinateurs portables et les téléphones cellulaires. Dans les deux cas, les batteries des voitures électriques peuvent être recyclées.
Dans le cas des batteries au plomb-acide, une technologie plus ancienne, 96 pour cent des matériaux utilisés dans la batterie – y compris le méchant plomb – est récupéré. En comparaison, seulement 38 pour cent de la matière des bouteilles en verre est récupéré dans le processus de recyclage. Elles peuvent également être rechargées et réutilisées avant d’être recyclées. Les voitures hybrides actuellement sur la route, comme la Toyota Prius, utilisent des batteries à hydrure métallique de nickel, qui peuvent être démontées et recyclées de la même façon.Lorsque les batteries dans un véhicule électrique utilisant le lithium-ion sont jugées trop usées pour la conduite, elles possèdent encore jusqu’à 80 pour cent de leur charge.

Donc, avant même qu’elles arrivent à un centre de recyclage, ces batteries sont réutilisées pour soutenir le réseau, notamment aux côtés de sources d’énergie qui pourraient ne pas être aussi stables, comme l’énergie éolienne ou solaire. Les batteries peuvent stocker de l’énergie pour continuer à fournir de l’électricité si le vent ou le soleil ne sont pas au rendez-vous.
Alors que les VÉ font leurs débuts sur le marché, les centres de recyclage qui peuvent récupérer leurs composantes en sont encore à leurs balbutiements.

Toxco, un grand recycleur de batteries au plomb-acide, possède déjà une usine de recyclage de batteries lithium-ion.
Lorsque les batteries lithium-ion atteignent une usine de recyclage, il ya deux façons de les pulvériser. Si elles sont totalement sans charge, elles sont simplement déchiquetées de sorte à ce que les composantes métalliques, comme du cuivre et de l’acier, peuvent être facilement triées. Si les batteries possèdent encore une charge, cependant, elles sont congelées dans l’azote liquide et brisées en morceaux congelés (cool!). L’azote liquide est si froid, les batteries ne peuvent pas réagir, tant que le broyage est sécuritaire. Ensuite, les métaux sont séparés pour une réutilisation.


En partenariat avec le sidérurgiste belge Umicore, le constructeur électrique Tesla a mis en place depuis 2010 un programme de recyclage des batteries lithium de ses véhicules électriques. Le processus se décompose en trois phases. Tout d’abord, Tesla récupère les composants électriques de la batterie. Ensuite, Umicore extrait par fonderie deux matériaux du reste de la batterie : de l’oxyde de Cobalt Lithium (CDO), et un résidu contenant du lithium. Le premier est précieux et entre dans la composition des batteries, il est donc revendu à des fabricants de batteries. Le lithium, quant à lui, est réutilisé dans la fabrication de ciment. Ainsi, l’ensemble de la batterie est recyclé suivant un processus rentable économiquement.

Lorsque la batterie du véhicule électrique n’est plus assez performante pour une utilisation automobile, elle peut cependant trouver de nouvelles applications commerciales et s’intégrer dans un cycle d’économie circulaire.
 En partenariat avec Bouygues Energies & Services, Renault a installé un système utilisant des batteries de véhicules électriques qui stocke l’électricité produite par les 25 000m2 de panneaux photovoltaïques du site de Challenger- siège de Bouygues Construction.


Autre application d’économie circulaire, Renault collecte 100% des batteries en fin de vie pour leur recyclage et une valorisation des certains matériaux tels que l’aluminium, le cuivre, le cobalt, le lithium…qui peuvent alors être réutilisés dans la production de nouvelles batteries. Note intéressante: il n’y a que 1% de lithium dans les batteries lithium!
Alors qu’on pourrait croire que le recyclage des batteries est toujours un projet futur, il n’en est rien: bien que l’industrie est encore jeune, et que la majorité des batteries lithium de VÉ n’ont pas encore dépassé une utilisation de 10 ans, les batteries endommagées par les accidents de la route et les batteries défectueuses ont été réutilisées à d’autres fins industrielles, ou ont déjà pris la route des usines de recyclage. »


Il y a un peu plus d’un an, Samsung annonçait arrêter la commercialisation des Chromebooks, PC et autres hybrides équipés de Windows en Europe, et plus particulièrement en France. Objectif : se concentrer uniquement sur les terminaux et ardoises Android ainsi que les produits d’électroménager. Cependant, il semble que le géant coréen ait décidé de faire une petite entorse à sa décision en proposant le Galaxy TabPro S sur le marché français. Pourquoi ? Tout simplement parce que cette ardoise 12 pouces est un appareil hybride fonctionnant non pas avec l'OS de Google mais bien... Windows 10. Et nous avons mis la main dessus.

Contrairement à ce que pourrait laisser présager le patronyme « Galaxy », ce TabPro S n’est absolument pas motorisé par Android. Mais par Windows 10. Et son format de 12 pouces le positionne clairement en face d’appareils comme la Surface Pro 4 d’entrée de gamme, le HP Spectre x2 et d’autres hybrides récents. Moitié tablette, moitié PC portable, le Galaxy TabPro S compte proposer le meilleur des deux mondes aux utilisateurs, qu'ils souhaitent l'utiliser en voyage ou à la maison, avec ou sans clavier. Pour se démarquer de la concurrence, cette ardoise mise tout sur la qualité de son écran, son extrême finesse et le confort du clavier fourni dans le carton.Samsung GalaxyTab Pro S

Grand pourvoyeur de dalle Super AMOLED sur ses smartphones et autres tablettes Android, Samsung se décide enfin à en faire profiter les utilisateurs de Windows 10. Et, nous autres qui sommes nourris à grand coup d’IPS, VA ou TN de plus ou moins bonne qualité dans le monde classique du PC, avoir une telle technologie d’affichage sous les rétines nous fait un bien fou ! La promesse d'obtenir des couleurs magnifiques, éclatantes et un taux de contraste juste et profond. On en oublierait presque que la vitre brillante va magnifiquement réfléchir toutes les sources d'éclairages environnantes.Avant de passer la dalle et ses images en 2160 par 1440 pixels sous l’œil impartial de notre sonde de mesure, nous avons pris plaisir à regarder quelques films en Full HD et vidéos filmées en 4K, saturées de détails sur ce très bel écran.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 21-07-2016 à 10h27

 Batterie Asus G74SX Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Nikon remplace gratuitement les batteries EN-EL15 des possesseurs de D500, si celle-ci a été achetée (en kit ou séparément) à une date antérieure à la modification de l'été 2013. La cause ? Un déchargement de la batterie trop rapide et un nombre maximal de prises de vues pas conforme à celui de la documentation du D500.
Nikon rapporte que l'utilisation d'un accumulateur Li-ion EN-EL 15 entièrement chargé et utilisé avec le Nikon D500 offrait une très faible autonomie et un nombre de prises de vues limité. Ainsi, certaines batteries, achetées en kit, séparément ou avec un autre modèle d'appareil photo, ne fournissent pas les mêmes performances lorsqu'elles sont utilisées avec le D500 — et uniquement lui — et faussent les informations de capacité indiquées. Une modification a été réalisée au cours de l'été 2013 et tous les nouveaux D500 sont fournis avec le nouveau modèle. En revanche, si vous avez acheté vos batteries EN-EL 15 avant l'été 2013, vous pouvez vous les faire échanger gratuitement, mais cela seulement si vous bénéficiez d'un D500. Ce sera tout de même plus pratique pour filmer en 4K.

Tout est visible, de l’infime fil de la toile d’araignée aux nuances des écailles d’un serpent, c’est impressionnant.Toutefois, pour travailler ou même surfer, mieux vaut passer l’interface de Windows 10 à 150% minimum… sinon texte et icônes sont vraiment trop petits.Ce moment d’extase rétinien terminé, la sonde a officié. Selon nos mesures et protocoles, nous avons établi la luminosité moyenne de l’écran à 411 cd/m2. Pour une tablette, c’est la mention "Bien" et, pour un hybride Windows 10, c’est… excellent. Quant au taux de contraste, sans surprise et parce que c'est la propriété principal de ce type de dalle, il est infini : 99999999:1.

Après nous être extasiés sur les caractéristiques de la dalle, passons au physique de la tablette. Samsung n’est pas un débutant en la matière et on retrouve tous les « codes » de la famille Galaxy. A commencer par les bords arrondis et en aluminium brossé. Prise de profil, elle paraît très fine et lorsqu’on la positionne entre les mâchoires de notre pied à coulisse, on constate effectivement que l’épaisseur est de 6,3 mm au plus haut (et 1,3 cm avec le clavier en position fermée).

Sur le flanc, on découvre la connectique qui se limite à une prise audio et une autre, USB Type-C. Cette dernière sert à la fois de prise de chargement de la batterie et d’interface pour transférer des données. On apprécie d’ailleurs que Samsung livre un adaptateur Type-C/USB comme le fait HP sur le Spectre x2. Du côté du sans fil, on note la présence du Wi-Fi n/ac, du Bluetooth 4.1 et du NFC, tant sur la tablette que sur le clavier pour accélerer les associations avec d'autres périphériques compatibles. Comme un smartphone Galaxy par exemple !Le dos, quant à lui, semble en magnésium durci mais se révèle peu résistant aux rayures. En effet, après quelques balades dans notre sac à dos et un ou deux jours sur le bureau, nous avons vu apparaître quelques petits sillons de-ci-de-là.

Une batterie mal entretenue ou non surveillée, est une batterie qui ne dure pas. BatteryCare est un programme conçu pour se charger de cette basse tâche à laquelle vous n’avez pas forcément envie de penser ou de temps à accorder. Spécialisé dans la surveillance des batteries de PC portables, ce petit logiciel permettra de préprogrammer différents profils d’utilisateurs et autant de gestions personnalisées correspondantes. Votre consommation, ainsi que votre autonomie s’en trouveront optimisées.Bien évidemment, il dispose également des options de bases pour vous informer en continue de l’état de charge de votre PC, au moyen d’un système d’alerte. Gratuit et en français, n’hésitez pas à l’essayer !

Même à l'époque où la voiture thermique était seule sur les routes, elle ne pouvait se passer d'une batterie pour fonctionner... ou au moins pour démarrer. Désormais, la batterie ou l'accumulateur devient l'alimentation secondaire, voire principale, des nouveaux véhicules et donc un critère déterminant pour les ventes. Fruit de recherches de plus en plus intenses, les batteries ont fait d'énormes progrès en termes de poids, de résistance, de charge et de décharge, d'autonomie, de résistance aux variations de température et, surtout, en termes de prix.

Voici un panorama des différentes batteries, avec leurs caractéristiques et leurs défauts. Il existe cinq grandes familles de batteries : Plomb, Nickel-Cadmium, Nickel Metal Hydrure, Lithium et Zebra. Nous avons volontairement fait l'impasse sur les batteries au Zinc (Zinc-Air, Zinc-Brome et Zinc-Cérium) et celles composées de Potassium-Ion (K-ion), de Vanadium-Ion (V-ion) et d'Aluminium-Ion (A-Ion).
La batterie au plomb, la plus courante et la plus ancienne, se segmente en plusieurs catégories. La plomb-acide est très répandue puisque c'est la fameuse batterie qui sert au démarrage des voitures. La plomb à électrolyte gélifié, aussi appelée plomb-gel, est très présente dans les camping-cars, fauteuils roulants, scooters et voitures électriques. Elles supportent entre 450 et 3 300 cycles (charge/décharge) et peuvent être stockées quelques mois. Si les batteries au plomb ne coûtent généralement pas cher, elles pèsent en revanche assez lourd et sont sensibles aux températures négatives.

Les batteries Nickel-Cadmium se présentent sous la forme de « piles bâtons » que l'on peut regrouper pour constituer des blocs. Ces blocs sont protégés par une enveloppe en plastique dur qui était parfois sensible à de fréquentes variations de température, pouvant entrainer leur rupture. Bien entretenues, ces batteries avaient l'avantage de posséder une durée de vie importante (environ 1 000 cycles) et de supporter des charges rapides à condition de vider complètement la batterie. Présentes sous forme de blocs prismatiques (refroidies par circulation de liquide et radiateur externe, comme un moteur thermique notamment sur les Peugeot 106), elles ont fait les heures de gloire des voitures électriques de 1995 à 2005 chez Peugeot (Partner, 106 et Scoot'elec), chez Citroën (Berlingo et Saxo) et chez Renault (Kangoo). L'autonomie moyenne était de 80 km. Depuis, la directive européenne 2002/95/CE limite l'utilisation de certaines substances dangereuses et a provoqué la mort de la batterie Nickel-Cadmium. Le Cadmium est en effet considéré comme trop polluant dans la nature et toxique pour l'être humain. Plus accessibles au grand public, ces batteries servent toujours se solution de secours dans les avions et les trains.
Très proches des batteries Nickel-Cadmium, mais sans le côté polluant, les batteries Nickel Metal Hydrure sont très prisées des véhicules hybrides tels que les Toyota Prius et Honda Civic en raison d'absence d'effet mémoire et d'une possibilité de biberonnage (administration de charges partielles lors d'un arrêt sur un parking, station-service…). En revanche, ces batteries ont une autodécharge importante (10 à 15 % par mois), d'où une recharge préconisée tous les six mois. Ceci dit, il existe des batteries pré-chargées à faible autodécharge qui conservent 70 à 85 % de leur charge après un an de stockage.

Pour remplacer le Cadmium, polluant et toxique, il a fallu trouver d'autres métaux, d'où un prix assez élevé pour ce type de batterie. De fait, pour les voitures électriques, les constructeurs ont préféré se tourner vers le lithium. Autre raison de cette désaffection vis-à-vis de la batterie Ni-Mh, elle ne supporte pas le dépassement de capacité de charge.Drôle de nom pour une batterie qui est tout autant suprenante dans son fonctionnement. Appelées « batteries chaudes », les batteries Zebra doivent être à une température de 270 à 350°C. Ce qui fait qu'elles doivent fonctionner continuellement ou être raccordées au réseau électrique. Outre qu'elles ne supportent pas de charge rapide, l'autodécharge est un gros problème : jusqu'à 12 % ne serait-ce que pour maintenir la batterie à la bonne température. C'est pour cela que ce type de batterie se retrouve sur des flottes de véhicules professionnels électriques comme ceux de La Poste. Mais des voitures particulières ont été dotées de batteries Zebra. C'est le cas de la Renault Twingo de première génération, baptisée pour l'occasion Twingo Quickschift Elettrica et proposée par l'entreprise suisse MES-DEA. Cette Twingo offre 130 km d'autonomie et sa vitesse maximale est de 120 km/h. Les premières Smart Fortwo ont également reçu des batteries Zebra avant que la génération suivante ne passe au lithium-ion.

Les Li-ion sont surement les batteries les plus connues après celles au plomb. On la retrouve partout dans notre quotidien (smartphones, ordinateurs portables, outillage, électroménager...), mais également dans les vélos à assistance électrique (VAE), les voitures, les motos et les scooters électriques. Ici, pas d'effet mémoire, ce qui donne la possibilité aux batteries lithium-ion d'être rechargées n'importe quand, même s'il est préférable de les recharger lorsque le niveau de charge est faible plutôt que haut ; elles vieillissent moins vite dans ce cas-là. Les batteries lithium-ion durent entre 2 et 3 ans (500 à 1000 cycles de charge/décharge) et leur autodécharge atteint les 10 %/mois. En revanche, il existe un risque d'incendie (style gros feu de Bengale) si ces batteries ne sont pas rechargées correctement. D'où l'intégration dès leur fabrication d'un système de sécurité, le BMS (Battery Management System).
Les batteries Lithium-ion-polymère (Li-Po)

Déclinaison des batteries Lithium-ion, les Lithium-ion-polymère affichent les mêmes caractéristiques et un fonctionnement identique tout en se voulant plus stables. Celles-ci ont l'avantage d'être plus légères, d'être modelées facilement à la forme voulue et de posséder une densité énergétique plus élevée (150 à 190 Wh/kg). En termes d'usage, les batteries Lithium-ion-polymère équipent les scooters, les vélos à assistance électrique et même certaines voitures comme l'Elantra EV de Hyundai. Mais c'est surtout sur nos téléphones mobiles, consoles de jeux, appareils photo et dans l'aéromodélisme que l'on retrouve ces batteries. Malgré une autodécharge de 10 %/mois, le Lithium-ion-polymère a un énorme désavantage qui limite son utilisation dans la voiture électrique : ces batteries dont la tension de fonctionnement est de 3,7 V sont extrêmement sensibles à la surcharge (risque d'explosion) dès qu'elles sont chargées au-dessus de 4,2 V. Comme sur la Lithium-ion, la sécurité BMS est de rigueur. Enfin, pour finir de noircir le tableau, ces batteries ne fonctionnent pas en dessous du 0°C et leur durée de vie est faible (200 à 300 cycles de charge/décharge).

On peut affirmer que les batteries Lithium-métal-polymère sont le fer de lance des BlueCar, voiturette électrique du groupe Bolloré, connue aussi sous l'appellation Autolib à Paris. Ces batteries sont exceptionnelles à plus d'un titre : une durée de vie de 10 ans (200 000 à 400 000 km) et une autonomie de 200 km. Sans effet mémoire, les batteries se rechargent n'importe quand. Seule ombre à ce tableau idyllique, les batteries LMP ont besoin d'une température constante de 80°C pour être utilisées. Sans cela, elles se vident en un rien de temps (environ 3 jours). D'où l'obligation de laisser la voiture continuellement branchée à sa borne quand elle ne roule pas. Ce procédé est particulièrement énergivore puisque lorsque la batterie est froide, il faut de longues heures pour réchauffer le cœur. En revanche, l'autodécharge qui ne rentre pas en ligne de compte avec la mise à température de la batterie n'est que de 10 %. Enfin, paramètre important, ce type de batterie n'est pas sujet au risque d'explosion.
Boudées, les batteries Lithium-air pourraient bien faire leur grand retour. Imaginez que votre smartphone, votre voiture électrique ou le drone du petit dernier puissent fonctionner pendant un long moment avant de passer par la case recharge. Le rêve pourrait bien devenir réalité. En effet, une équipe de chercheurs de l'université de Cambridge a mis au point un nouveau type de batterie Lithium-air avec une durée de vie plus longue que la normale. Le prototype a encaissé sans broncher 2 000 cycles de charge et de décharge. Cette batterie Lithium-air possède une énergie spécifique élevée : 3 450 Wh/kg alors que les batteries de téléphones mobiles atteignent 200 Wh/kg.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 21-07-2016 à 10h46

 Batterie asus A42-G55 Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

A50W greenLe fabricant propose encore plus de réglages via le logiciel Astro Command Center qui permettra de personnaliser le rendu au maximum mais aussi d’activer ou non le mode Dolby Surround 7.1. Enfin, il sera proposé en version verte (Xbox One et PC) ou en version bleue (PS4 et PC).
Le My Passport Wireless Pro est un disque dur externe nomade un peu particulier puisqu’il dispose d’un module Wifi et d’une batterie. Cette dernière permet de proposer 10 heures d’autonomie, comme d’habitude, cette durée peut varier en fonction de l’utilisation et de l’importance de la sollicitation du disque.

Le transfert de données est assuré par plusieurs solutions. Le constructeur a prévu deux ports USB dont l’un en USB 3.0, un lecteur de carte microSD (étendre la capacité, transfert de données et système de sauvegarde) et surtout un module Wifi.
Cette connexion sans fil n’exploite pas un box mais son propre réseau, en d’autres mots, vous verrez s’afficher un réseau wifi supplémentaire sur votre appareil (tablette, smartphone, PC portable…) dont la connexion permettra d’accéder au disque dur.
Mobile, une application dédiée
Le constructeur a prévu une application mobile pour faciliter l’exploitation du disque. Elle permet plusieurs choses dont le transfert de données et la mise en place de streaming. Il est souligné un support d’Adobe Creative Cloud pour mobile et Plex Media server. Western Digital annonce également la possibilité d’effectuer jusqu’à 4 streaming en simultané.
Ce disque se montre pratique pour partager des fichier entre différentes personnes. Il se dévoile comme une sorte de système intermédiaire entre le disque classique et le NAS.
Le constructeur japonais annonce en effet le rappel de 101 000 batteries embarquées dans 39 modèles d’ordinateurs portables Portege, Satellite et Tecra vendus entre juin 2011 et janvier 2016. Il est question de risques de surchauffe pouvant provoquer une brûlure ou un incendie. Aucun incident majeur n'a toutefois été rapporté pour l'instant.

De type Lithium-Ion et produites par Panasonic, les batteries potentiellement sujettes à ce problème sont identifiables grâce à leur numéro de série débutant par G71C. Il semble que seuls des consommateurs au Canada (10 000 batteries) et aux États-Unis (91 000 batteries) soient concernés. Ils sont d'ailleurs invités à retirer la batterie, à stopper son utilisation et à contacter au plus vite le service client du fabricant pour procéder à son remplacement gratuit.

Apple aurait une solution pour dépasser l’autonomie limitée des batteries au lithium-ion. Selon les sites spécialisés qui gardent un œil sur les dépôts de brevets de la marque à la pomme, le géant américain vient d’homologuer un « système de pile à combustible qui alimente un ordinateur portable ».
Ce nouveau système devrait intégrer les MacBook pour leur donner une autonomie allant de quelques jours à une semaine et ce, sans les alourdir. Les ingénieurs seraient ainsi parvenus à résoudre le défi de la compacité de ces piles réputées écologiques et puissantes.

Borohydrure de sodium, silicate de sodium ou hydrure de magnésium
Généralement composées d’hydrogène, les piles à combustible présentées par Apple, elles, feraient intervenir d’autres composés chimiques : borohydrure de sodium, silicate de sodium, hydrure de lithium ou encore hydrure de magnésium, explique CNET.
Pour rappel, le mois dernier, la société Intelligent Energy a annoncé qu’elle avait pu étendre l’autonomie d’un Iphone 6 à peine modifié à une semaine à l’aide d’une simple pile à combustible fonctionnant à l’hydrogène.
Avec l’avènement des produits nomades que sont nos smartphones, nos PC portables ou nos tablettes, nous avons tous rencontré des freins lors de leurs utilisations à cause de leur autonomie. Si les technologies liées aux batteries de nos appareils sont encore loin de nous offrir une autonomie agréable de plusieurs jours, notamment pour nos tablettes et PC portables, nous pouvons quand même tirer le meilleur partit d’elles-mêmes grâce à Windows 10. Comment améliorer l’autonomie de son appareil ? C’est ce que vous allez découvrir avec nos astuces ;).

C’est l’une des nouveautés proposées par Microsoft pour optimiser l’autonomie de sa tablette ou de son PC portable, l’économiseur de batterie de Windows 10 est l’une de vos meilleures armes pour étendre l’autonomie de votre batterie. Celui-ci est accessible dans les paramètres de votre appareil, rubrique système. Si vous ne connaissez pas encore cette nouvelle fonctionnalité, sachez que celle-ci a pour rôle de limiter le fonctionnement des applications en arrière-plan et limiter les notifications Push lorsque celle-ci est activée. Par défaut, votre économiseur s’activera automatiquement dès que votre batterie franchira le cap des 20% d’autonomie restante, mais si vous souhaitez profiter d’une meilleure autonomie de votre appareil, vous pouvez par exemple définir ce cap à 40%.

Ponctuellement, vous pourrez même activer vous-même l’économiseur de batterie via le centre de notification, cela vous permettra par exemple d’améliorer l’autonomie de votre PC lorsque vous êtes en voyage. En cliquant sur « utilisation de la batterie », vous pourrez savoir quelles sont les applications les plus énergivores. Il ne vous manque plus qu’à sélectionner votre application, cliquer sur « détails » puis vous pourrez empêcher cette application de s’exécuter en arrière-plan. Vous gagnerez ainsi en autonomie ;). Sachez que vous pouvez également choisir quelles applications pourront s’exécuter en arrière plan en cliquant sur « modifier les paramètres d’applications en arrière-plan » dans votre économiseur de batterie.

Vous pourrez alors accéder à l’ensemble de vos applications qui peuvent s’exécuter et choisir de leur donner la possibilité, ou non de s’exécuter en arrière-plan. C’est ici un excellent moyen de limiter la consommation d’énergie quand vous n’utilisez pas vos applications.Un autre moyen d’étendre l’autonomie de votre tablette ou de votre PC est de bien gérer l’alimentation de son appareil. Pour cela il suffit de se rendre dans les paramètres de son PC, puis « système » et enfin « alimentation et mise en veille ». Ici vous pourrez modifier le temps avant lequel votre écran s’éteindra lorsque votre appareil n’est pas utilisé et dans la même optique , gérer le temps avant la mise en veille de votre tablette ou PC.

En bas de cette page, vous pourrez également choisir de rester connecté au WiFi ou non lorsque votre PC est en veille. En décochant cette option, vous pourrez de gagner en autonomie, ou plutôt consommer moins d’énergie lorsque votre appareil sera en veille.Beaucoup d’entre vous n’ont probablement jamais utilisé le mode avion de leurs appareils et pourtant celui-ci permet d’économiser sensiblement sa batterie, il vous fera donc gagner en autonomie. Accessible via le centre de notification, le mode avion vous permettra de couper le WiFi et le Bluetooth de votre tablette ou PC. Évidemment, une fois ce mode activé, vous n’aurez plus d’accès à internet si vous contiez sur le WiFi, mais cela peut être extrêmement pratique pour vos voyages, qu’ils soient en train, en voiture (pour les passagers) ou encore en avion afin de profiter d’une autonomie maximale.Si vous n’avez pas besoin d’internet durant un laps de temps ou si vous n’y avez pas accès, n’hésitez pas à activer ce mode afin d’économiser de précieuses minutes ;).

Derniers conseils, cette fois nous n’allons pas influer sur votre appareil, mais plutôt sur votre manière de l’utiliser. Si vous tenez à conserver de la batterie, évitez les jeux et autres applications ou programmes trop gourmands en ressources, vous profiterez alors d’une autonomie optimale et pourrez profiter de votre tablette ou de votre PC plus longtemps avant de devoir le charger.Voilà, vous connaissez désormais toutes les fonctionnalités et les astuces afin d’augmenter sensiblement l’autonomie de votre appareil sous Windows 10. Vous devriez maintenant pouvoir profiter de quelques heures supplémentaires en compagnie de votre tablette ou PC. Malgré tout, sachez qu’en prenant de l’âge, l’autonomie de votre batterie va forcément diminuer, c’est un phénomène normal. Mais désormais vous avez toutes les armes pour augmenter l’autonomie de votre appareil sans changer de PC ;).

Il y a quelques jours, Fujitsu a lancé le rappel de 20 000 batteries de PC portables vendus entre 2012 et juillet 2015. Une mesure de précaution apparemment… A croire que Fujitsu est en train de faire le grand ménage. Le constructeur vient de lancer le rappel de 20 000 batteries d’ordinateurs portables vendus entre août 2012 et juillet 2015 en Amérique du nord. Ce rappel volontaire concernerait 10 modèles de la gamme LifeBook.Cette démarche serait la suite logique d’un gros plan de rappel du constructeur nippon. Cet été, ils avaient déjà rappelé plus de 70 000 batteries de PC portables , notamment de la série des notebooks.Qu’est ce qui cloche avec les batteries de Fujitsu ?Tout d’abord, il faut préciser que les batteries des produits Fujitsu sont élaborées par Panasonic. Certains modèles seraient suspectés de présenter des risques d’inflammation et d’incendie. Mais le constructeur assure que ce n’est que par mesure de précaution. Aucun cas de ce type n’ayant été déjà signalé.

Mais à vrai dire, ce grand ménage serait surtout lié à une rumeur insistante dans le monde informatique. Il y aurait un projet de fusion entre Fujitsu , Toshiba et Vaio. Le constructeur nippon serait donc contraint de prendre le minimum de risque avec ses produits en vue de ce rapprochement économique.Le HP Spectre x360 est un PC portable convertible qui a pour principal intérêt d'offrir une autonomie de 10 heures. Mais là n'est pas son seul atout, et ce modèle pourrait bien avoir le potentiel d'un best seller.Découvrez également notre nouveauguide d'achat de PC portables légers, ultrabook et hybrides.

Longtemps resté concentré sur l'entrée et le milieu de gamme, HP s'est récemment relancé sur le segment haut de gamme. Le Spectre 13 représentait le premier mouvement du constructeur américain en ce sens, et la version x360 de ce portable en assure la continuité.N'allez cependant pas penser que le Spectre x360, dévoilé lors du MWC en début d'année, ne constitue qu'une évolution cosmétique de son prédécesseur. Ce portable propose un usage tactile avancé que ne permettait pas le Spectre 13 : son écran repose sur une charnière qui lui autorise un mouvement à 360°. Du nouveau chez HP, mais pas vraiment face à la concurrence : le constructeur ne fait, en la matière, que rattraper son retard.

Dès lors, quels arguments ce Spectre x360 a-t-il à faire valoir pour se différencier d'un Yoga Pro 3 de Lenovo, ou d'autres portables de ce type ? La réponse dans ce test.La double charnière de ce Spectre x360 ne surprendra personne : Lenovo, avec son Yoga 13, avait ouvert la voie à ce type de portable convertible il y a de cela près de deux ans et demi. Rien de nouveau donc, mais une réalisation qui reste propre, avec un dispositif sérieux dans sa construction et qui semble parti pour tenir les chocs des années.De la même façon, la coupe de cette machine n'est pas plus moderne : 17 mm, c'est tout de même plus qu'un MacBook 12 de 13,1 mm ou un Lenovo Yoga 3 Pro de 12,8 mm. Et le biseau à l'avant du châssis ne suffit pas à retrouver l'impression de finesse et de légèreté qu'on retrouve également sur un ZenBook d'Asus. Un effet accentué par la coupe de ce Spectre x360, plus anguleuse que celle du Spectre 13.

Le système de double charnière apposé par HP sur son portable n'est bien sûr pas étranger à cette épaisseur relativement importante. Pour assurer une certaine endurance, les charnières qui maintiennent l'écran dans toutes les positions ne pouvaient être trop fines. Un choix validé sur le terrain : le dispositif donne l'impression, après quelques jours d'utilisation, d'une certaine robustesse et semble pouvoir supporter le poids des années.Autre changement, moins important toutefois : HP a abandonné la robe bicolore pour ne conserver qu'un gris clair, qui rappelle évidemment les portables de la marque à la pomme et met en exergue l'utilisation massive d'aluminium. Ce matériau léger ne lui empêche pas d'accuser un léger surpoids par rapport à la concurrence (1,48 kg).

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 23-07-2016 à 04h49

 Batterie Asus X52J Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

L'écran en revanche demeure le même : tactile, forcément, et donc brillant. Très brillant. Les reflets sont en conséquence très nombreux. Heureusement, la dalle est à la fois lumineuse (434 cd/m²) et assez bien contrastée (647:1), en plus d'être remarquablement bien calibrée (delta E moyen de 2,3 seulement).Badge Intel Core i5 de 4e génération (Haswell)Le HP Spectre x360 testé dans ce dossier a la référence 13-4000nf (également commercialisée sous la référence 13-4095nf, d'après ce que nous avons constaté). Il s'agit de la version la plus modeste et donc la moins onéreuse de ce portable, qui est composé de la configuration suivante : écran Full HD (1 920 x 1 080), 4 Go de mémoire vive (DDR3 @ 1 600 MHz), Core i5-5200U (2,2 / 2,7 GHz), SSD (au format M.2 de chez A.DATA) d'une capacité de 128 Go.

Si vous pouvez remplacer ce support de stockage, ce n'est pas le cas de la mémoire vive, soudée à la carte-mère. D'où l'intérêt des autres (et nombreuses) configurations proposées par HP :
Toutes ces déclinaisons sont équipées d'un écran tactile, d'un module Wi-Fi 802.11ac 2x2, gèrent le Bluetooth 4.0, et proposent la même connectique, composée, s'il vous plait, de trois ports USB 3.0 (soit un de plus que le Spectre 13), d'une sortie HDMI plein format, d'une seconde au format mini-DisplayPort, d'une prise audio assurant l'entrée et la sortie (micro-casque) et d'un lecteur de cartes SD. L'épaisseur toute relative de cette machine a du bon, même si certains regretteront sans doute l'absence de prise Ethernet.À l'intérieur du châssis, un dernier élément commun à toutes ces configurations : une batterie 3 cellules d'une capacité de 54,4 Wh.

Si HP a modifié de nombreux points de son Spectre 13 pour aboutir au Spectre x360, le clavier n'a en, quant à lui, pas évolué. Et c'est compréhensible, tant ce dernier nous avait donné satisfaction lors de notre test.Touches larges, bien espacées, sans sacrifices notables : ce périphérique de saisie est bien pensé, et ce, d'autant plus qu'il bénéficie d'un rétroéclairage (dont on ne peut malheureusement pas régler l'intensité, dommage). Enfin, la frappe est agréable, malgré une course relativement faible.Avec le touchpad, nous étions également en terrain connu. C'est donc sans surprise que nous avons retrouvé ce dispositif surdimensionné, dont la largeur atteint, excusez du peu, les 14 cm ! Naturellement, la première crainte devant un tel touchpad, c'est la place laissée aux paumes de la main, et les risques d'interactions involontaires avec cette encombrante surface.

Craintes heureusement injustifiées : à aucun moment nous n'avons connu de telles mésaventures, alors que par ailleurs, la glisse et l'utilisation à plusieurs doigts du touchpad nous ont franchement convaincus.Enfin, que l'on soit un partisan ou non des portables convertibles, la couche tactile de ce Spectre x360 ne nous a posé aucun souci particulier, et aucune de nos actions n'a révélé de lacunes sur ce sujet. Mis à part, évidemment, les traces de doigts laissées sur la dalle...Le mouvement de l'écran est aussi aisé que sur le Yoga, et tout comme sur le portable de Lenovo, le clavier se désactive dès lors que l'écran prend un certain angle, histoire de ne pas actionner les touches par erreur. Reste le souci de l'encombrement : une tablette de 13,3 pouces et de 1,5 kg, c'est beaucoup.

Finalement, le seul reproche que nous pourrions formuler auprès de HP pour améliorer encore l'ergonomie de son portable concerne l'emplacement du bouton de mise sous tension : disposé sur le côté gauche de la machine, il est peu accessible. Et la petite diode lumineuse pour signifier le fonctionnement du PC n'est pas franchement visible à cet endroit.Pour évaluer les aptitudes de ce Spectre x360, nous lui avons fait subir quelques tests sollicitant les différents composants de cette machine. Puis nous avons comparé ses résultats avec ceux d'autres portables du même acabit. Les voici représentés sous forme de graphiques.

Avec son Core i5 cadencé à 2,7 GHz (en Turbo), le Spectre x360 propose des performances semblables à celles de la Surface Pro 3 de Microsoft (dans sa version Core i5). Seul le SSD souffre de la comparaison avec d'autres modèles en ce qui concerne l'écriture séquentielle : pas étonnant pour un modèle 128 Go, souvent plus lent à ce niveau.Enfin, nous n'avons observé aucun phénomène d'ajustement à la baisse de la fréquence du processeur sur cette machine, dont le système de refroidissement semble efficace : le Core i5 n'a pas dépassé les 66°C sur notre test habituel. Il faut dire que le ventilateur turbine suffisamment fort, ce qui induit inévitablement des nuisances sonores (en charge) qu'il est difficile d'ignorer. Le x360 reste toutefois tout à fait silencieux la plupart du temps, en usage bureautique comme en surf.

Les performances de ce portable sont donc parfaitement louables, mais là n'est pas le point sur lequel il se distingue. C'est plutôt son autonomie qui surprend agréablement. Le Spectre 13 était déjà très bon en la matière, mais le Spectre x360 surpasse tout ce que nous avons vu jusque-là : il a résisté 10 heures à notre protocole maison, qui comprend du surf, de la bureautique (lecture de fichier texte et pdf), de la lecture audio et vidéo.HP Spectre x360Disons-le d'emblée, ce Spectre x360 nous a séduits. Et pourtant, il partait avec certains handicaps. Plus épais, plus lourd que d'autres modèles de cette catégorie, il utilise un dispositif de charnière inauguré par Lenovo il y a 30 mois. Enfin, tout le monde n'est pas convaincu de l'intérêt du tactile sur un portable 13,3 pouces avant tout destiné à la production.

A contrario, un tel produit peut être considéré comme très polyvalent. Et de ce point de vue, HP a fait les choses bien, en ne sacrifiant à peu près rien sur l'autel de cette polyvalence. Presque, car on pense évidemment à l'écran brillant, qui aurait mérité a minima un semblant de traitement. Les performances en écriture du SSD sont à la hauteur de sa capacité : trop justes.Voilà pour les critiques. Car pour le reste, on ne peut que féliciter HP. La finition est exemplaire, l'ergonomie l'est tout autant, les performances au niveau, et surtout, le Spectre x360 n'a pas d'équivalent (sous Windows) en termes d'autonomie.

Si l'on ajoute à cela que le portable est livré avec une housse et que son prix est cohérent avec la configuration proposée, on ne peut que vous conseiller cette machine. Et plus particulièrement la référence 13-4099nf, dotée d'un Core i5, de 8 Go et d'un SSD de 128 Go, déclinaison que l'on trouve actuellement à moins de 1 000 euros chez certains marchands.Remplacez, pour une centaine d'euros, le SSD par un modèle de 250 Go (au hasard, un Crucial MX200 ou un Samsung 850 Evo) et vous obtenez une machine quasiment parfaite (elle demeure un peu lourde) pour qui cherche un portable convertible. À bon entendeur...
Il n’a certes pas la puissance d’un Alienware, mais l’essentiel n’est pas là; le WISP (Wireless Identification and Sentine Platform) est un ordinateur sans batterie…qui peut fonctionner grâce aux seules ondes radio qui l’environnent. Conçu par des chercheurs de l’Université du Sensor Lab (université de Washington), le WISP tire son énergie d’une simple puce transmetteur RFID, une énergie minimale mais suffisante pour fonctionner en toute autonomie.

Si comme nous l’avons dit la puissance de calcul du WISP n’est pas son point fort , ce micro-ordinateur vraiment micro serait tout de même aussi performant qu’un bracelet Fitbit, ce qui laisse entrevoir des montres/bracelets connectés ne nécessitant plus de batteries lithium conventionnelles. Autres points forts de cet ordinateur increvable, la bande passante est équivalente à celle du Bluetooth et il est même possible de le programmer à distance. Cet ordinateur sans batterie pourrait avoir un intérêt évident pour les services de santé, et globalement pour tous ceux qui travaillent dans des milieux où la prise électrique ne fait pas partie du décor.

Il n’a certes pas la puissance d’un Alienware, mais l’essentiel n’est pas là; le WISP (Wireless Identification and Sentine Platform) est un ordinateur sans batterie…qui peut fonctionner grâce aux seules ondes radio qui l’environnent. Conçu par des chercheurs de l’Université du Sensor Lab (université de Washington), le WISP tire son énergie d’une simple puce transmetteur RFID, une énergie minimale mais suffisante pour fonctionner en toute autonomie.

Si comme nous l’avons dit la puissance de calcul du WISP n’est pas son point fort , ce micro-ordinateur vraiment micro serait tout de même aussi performant qu’un bracelet Fitbit, ce qui laisse entrevoir des montres/bracelets connectés ne nécessitant plus de batteries lithium conventionnelles. Autres points forts de cet ordinateur increvable, la bande passante est équivalente à celle du Bluetooth et il est même possible de le programmer à distance. Cet ordinateur sans batterie pourrait avoir un intérêt évident pour les services de santé, et globalement pour tous ceux qui travaillent dans des milieux où la prise électrique ne fait pas partie du décor.

Seul talon d’Achille de cette innovation impressionnante, le WISP est bien sûr incapable de fonctionner dans une zone sans aucune onde radio; mais à moins de faire un trek en Antarctique… Elles existent dans toutes les tailles, de tous les poids, et avec des capacités affichées pas toujours claires. Beaucoup de fabricants de batteries de secours ont, hélas, pris l’habitude de mentir sur l’emballage. Le slogan « charge jusqu’à deux fois votre smartphone » se traduit trop souvent par « charge votre mobile presque une fois ».Peut-on faire confiance aux chiffres ? Ces fameux « milli-ampères-par-heure » (mah), qui indiquent la quantité d’énergie disponible, un peu comme les litres d’un réservoir de voiture ? Malheureusement pas. Dans un smarpthone moyen, on trouve une batterie de 2 500 mah. Pour la charger, une batterie externe de 2 500 mah ne suffit pas. La jauge du smartphone ne remonte que jusqu’à 70 % avec une excellente batterie, voire à 50 % avec une batterie passable... et 25 % avec un modèle contrefait comme il en existe énormément.

Pour recharger un smartphone, vous aurez donc besoin d’une batterie externe de 4 000 mah, voire 5 000 mah pour un mobile XL. La puissance brute n’est pas l’unique critère à surveiller. Certaines batteries ont d’autres atouts : câble USB intégré, indicateur de niveau, sortie puissante pour charger plus vite, etc. Sauf que, et c’est le dernier piège, ces fonctions-là marchent parfois très mal. Pour réussir son achat, il n’y a qu’une solution : tester la batterie qu’on convoite. Nous l’avons fait pour vous. Voici les cinq modèles que nous recommandons. Quel est votre besoin ?

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 23-07-2016 à 05h11

 Batterie Asus G73S Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

De son côté, l’expression « sans fil » est entrée dans le langage courant à la fin des années 1980. Elle désignait alors des technologies libres de câbles électriques mais dépendantes de leur chargeur lorsque leur batterie faiblit – chargeur par ailleurs relié à l’électricité du bâtiment. Aujourd’hui, la notion de « sans fil » va plus loin. Telle qu’employée par Sanjay Gupta, elle définit des appareils produisant eux-mêmes leur énergie, devant être branchées à des chargeurs autonomes, ou captant l’énergie d’une base sans besoin de branchement. L’espace de travail s’en trouverait dénué de tout câble. Et les prises définissant aussi la place des éléments, le bureau serait donc infiniment plus modulable et clarifié. « La productivité des employés sera inévitablement accrue grâce à un environnement de travail esthétiquement plaisant », affirme Sanjay Gupta.

La technologie que son équipe et lui ont mise au point permettrait la simplification extrême de tout espace lié à des appareils à batterie. WiTricity, le nom de la société fondée en 2005, est en fait un mot valise voulant dire « wireless electricity », soit « énergie sans fil ». Désignant aussi le concept lui-même, la witricity est fondée sur un système comprenant un transmetteur et un récepteur fonctionnant sur la même fréquence magnétique. L’installation crée donc un champ électromagnétique qui recharge les batteries des smartphones, ordinateurs portables, radios, casques bluetooth et autres appareils médicaux comme les prothèses auditives. WiTricity commercialise ainsi de petites tablettes sur lesquelles on pose l’appareil à recharger. Mais le système peut aussi se dissimuler sous un bureau ou un plan de travail et les objets peuvent en être éloignés de quelques mètres.

Selon Sanjay Gupta, « cette liberté acquise par le sans-fil offre non-seulement un regain d’esthétique au bureau moderne, mais permet aussi une meilleure facilité de mouvements lorsque le travailleur doit aller à une réunion ou simplement changer d’endroit. » Face à la montée du télétravail dans les grandes entreprises, le bureau de demain sera un facilitateur de l’indépendance des salariés.

Il est toujours difficile de choisir un nouveau PC portable. PC ou Mac, processeur, consommation, batterie, finition, RAM, carte graphique dédiée ou non. Autant de paramètres qui peuvent vite rendre la recherche fastidieuse, sans jamais avoir la certitude d'avoir fait le bon choix. Pour s'y retrouver, nous vous proposons une sélection des meilleurs PC portables du moment. Pas de modification en ce début 2016 avec des ténors de 2015 qui restent au top. L'arrivée du Surface Book en France dans le courant du mois de février pourrait bien changer la donne d'ici quelques semaines.

Plus que des ordinateurs spécialisés pour telle ou telle utilisation, nous vous proposons ici une sélection d'ordinateurs haut de gamme polyvalents qui conviendront à la plupart des usages. Avec lesquels vous pourrez jouer à des jeux moyennement gourmands, faire de la retouche photo ou du montage vidéo de temps à autre et bien sûr tous les usages "classiques" d'un ordinateur tels que la navigation et le traitement de texte. Le tout en conservant un encombrement réduit et une autonomie décente.
Comme chaque année sur Clubic, la rentrée s'accompagne d'un comparatif d'ordinateurs portables. Nous avons donc réuni 7 modèles issus des constructeurs les plus connus afin de dresser un panorama, certes non exhaustif, mais représentatif du marché actuel.Note informative :Ce contenu n'est plus à jour. Vous pourrez en revanche consulter notre récent guide d'achat de PC portables légers pas chers, d'ultrabook et de modèles hybrides.

Trois critères nous ont permis de réaliser cette sélection : nous voulions tout d'abord regrouper au sein de ce comparatif des modèles polyvalents, ce qui nous a logiquement dirigés vers une diagonale d'écran de 15,6 pouces, à la fois suffisamment importante pour permettre un usage multimédia, et assez faible pour ne pas avoir affaire à un châssis trop lourd et encombrant. Dommage au passage qu'aucun constructeur n'ait choisi de monter la définition au-delà des sempiternels 1 366 par 768 pixels...

Nous avons ensuite tenté de représenter un grand nombre de constructeurs, chacun ayant ses spécificités. Malgré nos demandes, ni Dell ni MSI n'ont pu nous fournir de machines de test.Enfin, nous avons, comme chaque année, fixé un critère de prix. Si nous étions montés jusqu'à 700 euros lors de notre précédent comparatif, nous avons cette fois restreint le budget à 600 euros. Une gamme de prix où l'offre est actuellement riche et qui nous semble en accord avec un investissement à moyen long terme que réalisent les étudiants à leur entrée dans le supérieur, ou encore à celui auquel consentirait une famille cherchant à s'équiper pour la première fois, ou dont le matériel, désormais obsolète, doit être remplacé.

Qu'avons-nous à ce prix ? Un ordinateur que l'on peut qualifier de « polyvalent » donc, pas trop lourd et doté d'une autonomie relativement raisonnable pour une utilisation nomade, équipé d'une carte graphique dédiée pour un peu de jeu, bref, un compromis intéressant (mais pas parfait, évidemment) entre puissance et consommation modérée. Le généralisation des processeurs Intel de génération Sandy Bridge voire Ivy Bridge ou l'avènement du Trinity d'AMD, succédant aux solutions Llano, sont bien sûr des leviers essentiels dans la recherche de cet équilibre. Mais point de fausses promesses ici : ces 7 modèles sont avant tout destinés à un usage bureautique.

Outre les tests synthétiques et pratiques, qui nous en apprendront un peu sur le potentiel des différentes machines, nous attacherons donc une importance toute particulière à l'ergonomie de ces portables : à l'usage, le touchpad est-il agréable, le clavier est-il suffisamment aéré, les reflets sur l'écran ne sont-ils pas trop gênants ? Autant de questions qu'il convient de se poser avant d'investir afin de trouver le notebook qui vous convient le mieux.
L'autonomie est un critère ô combien important lorsqu'il s'agit d'ordinateurs portables. C'est pourquoi nous avons décidé de concevoir un test-maison, pour pallier la faiblesse d'un logiciel comme Battery Eater, qui ne peut donner un résultat représentatif d'une utilisation nomade d'un portable. Tout simplement parce qu'un tel logiciel va solliciter de façon exagérée tous les composants du PC. Les résultats s'en trouvent fortement biaisés, notamment pour les portables dotés d'un processeur gourmand comme un Core i7, alors que ce dernier ne consomme pas tellement plus qu'un Core i3 au repos...

Nous avons développé un outil capable de mesurer plus significativement l'autonomie de nos PC portables. Notre logiciel va donc :
lancer la lecture en plein écran d'une vidéo ;
ouvrir un fichier PDF et naviguer à l'intérieur ;
faire de même avec un fichier RTF (sous Wordpad) ;
lancer la compression et la décompression (avec Winrar) d'un dossier ;
lancer la lecture d'un fichier audio ;

ouvrir dix onglets Firefox sur des pages Web enregistrées sur nos serveurs (afin que ces dernières ne varient pas).
L'ensemble de ces opérations est répété en boucle jusqu'à ce que la batterie de l'ordinateur succombe. Toutes ces tâches sollicitent les différents centres vitaux des portables et représentent selon nous une utilisation plus réelle de ce qui se passe loin de l'adaptateur secteur. Notez enfin, côté réglages, que le module Wi-Fi est actif, la luminosité est réglée sur 200 cd/m² et le volume sonore à mi-puissance, alors que le PC est placé en mode économie d'énergie.
HP lance ses nouveaux ordinateurs portables Pavilion destinés à être vendus cette année. Les modèles 14 pouces et 15,6 pouces sont respectivement 11 % et 22 % plus fins, et ils embarquent une nouvelle technologie permettant de recharger la batterie beaucoup plus vite qu’avant. Selon le fabricant, il suffit de 90 minutes pour recharger 90 % de la batterie.
Certaines configurations sont équipées d'un nouveau modèle de processeur mobile signé AMD, le A12–9700P. La puce est un APU Bristol Ridge à quatre coeurs Excavator, cadencés entre 2,5 et 3,4 GHz, avec un circuit graphique intégrant 384 unités de calcul à 758 MHz, pour un TDP de seulement 15 W.
Les prix commencent à 539 dollars (468 euros) pour le modèle de 14 pouces, à 599 dollars (520 euros) pour les 15,6 pouces, et à 1 100 dollars (955 euros) pour les 17,3 pouces. Les tarifs sont donc légèrement inférieurs par rapport à ceux de l’an dernier.

Mya Le Thai est étudiante et elle se passionne pour tout ce qui a trait à la chimie. Elle est plutôt douée dans ce domaine et des chercheurs de l’université de Californie lui ont donc proposé de travailler sur une expérience visant à créer des batteries plus résistantes que la normale. Ils ont visiblement eu raison de lui faire confiance.Les batteries en lithium sont très répandues sur le marché et on les trouve absolument partout. Cela vaut évidemment pour nos gadgets électroniques puisqu’elles équipent nos ordinateurs portables, nos smartphones, nos tablettes et même les manettes de nos consoles.Mya ne s’attendait sans doute pas à ce résultat quand elle a manipulé des nanofils d’or.
Et ça, bien sûr, c’est sans parler de nos objets intelligents et connectés, qu’il s’agisse de montres ou de simples coachs électroniques.Les batteries actuelles rendent généralement l’âme au bout de 7 000 cycles

Mais voilà, ces batteries sont très fragiles et elles ont ainsi tendance à rendre l’âme au bout de 7 000 charges.Face à la situation, des chercheurs de l’université de Californie ont monté une équipe afin de travailler sur une alternative. Ils ont alors décidé d’utiliser des nanofils d’or pour tenter d’augmenter la résistance des batteries mais cette initiative s’est malheureusement soldée par un cuisant échec. Ces fils sont en effet très fragiles et ils ont en plus tendance à se détériorer rapidement.Ils se trouvaient donc dans une impasse mais leur étudiante leur a apporté la solution sur un plateau d’argent.Le plus amusant, dans l’histoire, c’est que tout est parti d’une simple erreur. Mya avait effectivement travaillé sur une solution d’électrolyse peu avant et elle ne s’était pas lavée les mains. Lorsqu’elle a manipulé des nanofils d’or, elle a alors remarquée que cette fameuse solution augmentait significativement leur résistance et leur durée de vie.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 25-08-2016 à 03h47


|<< <<<  1  | 2 |  3   4   5   6   7   8   9   10   11   12  >>> >>|


SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 11-07-2016 à 05h33 | Mis à jour le 23-06-2017 à 07h31 | Note : Pas de note